Actualités

Samedi 27 mars, Nicolas Pelorson, athlète du programme BeTH d’Arkose, devient le second grimpeur à réaliser la désormais mythique version assise du 8c le plus répété du monde, Big Island, à Fontainebleau. En passant il prend la tête du classement mondial des décoteurs de 9a puisqu’il propose plutôt un gros 8C+ pour le départ assis.

Pour mémoire, c’est le belge Simon Lorrenzi qui a été le premier il y a quelques semaines à croiter ce bloc si convoité, qu’il appelle au passage « Soudain Seul » en proposant 9a. Il prenait ainsi la tête de la petite compétition amicale qui s’était mise en place autour ce projet puisque 3 forts prétendants en faisaient le siège : Simon, Nico et Camille Coudert un autre mutant blésifontin.

Big Island assis était le gros projet de Nico depuis 2 ans, depuis la création du programme BeTH. Nous sommes impatients de connaître la suite du programme justement !

En attendant, voici quelques mots de Nico en introduction à la trilogie de vidéos qui revient sur les différentes étapes de sa réussite sur ce bloc.

« “Soudain seul” est le départ assis du bloc “The big island”. Il a été ouvert cet hiver par le génial Simon Lorrenzi.
Je me suis acharné dessus tout l’hiver 2020 et j’ai remis le couvert durant l’hiver 2021 jusqu’à samedi dernier. La première année, je n’ai pas connu de réel progrès en réalité. Après avoir trouvé les méthodes, je suis rapidement arrivé à la grande baffe et j’ai passé tout mon hiver à tomber à ce mouvement. Je me suis entêté à grimper dans les conditions les plus froides possible, ce qui je pense, n’était pas du tout un bon choix. En 2021, lors du 2ème confinement, avec ma chérie Eline et 2 super amis, Solene et Romaric, nous avons réalisé 1 mois et demi d’entrainement intensif sur le pan et les machines de muscu du garage de mes parents. Je suis revenu sur Fontainebleau très en forme et en quelques séances, je me suis mis à passer cette fameuse baffe très régulièrement en venant du début. Par ailleurs, je me suis aussi aperçu du fait qu’avec une température inférieure à 8°, il faisait beaucoup trop froid pour ma peau et je n’arrêtais pas de glisser sur les plats. Fort de ces entrainements et au clair sur les conditions qui me correspondent le mieux, j’avais toutes les clefs pour réussir le bloc. Dès lors, j’ai progressé petit à petit jusqu’à le réussir.

Pour la cotation, je me sentirais mal de prétendre avoir réussi un des 2 seuls 9a sur terre alors qu’au fond de moi, je pense que ce bloc ne vaut pas cette cotation. 8c+ me semble plus cohérent. Je pense que nombreux sont les grimpeurs dans le monde qui peuvent prétendre à le réussir avec un investissement suffisant, ce qui ne serait pas le cas avec un vrai 9a bloc. Ce n’est que mon avis et je respecte infiniment celui de Simon. D’autant qu’il n’est pas impossible qu’il ait fait un effort plus dur avec sa méthode pour petit.

J’en dis plus sur tout le process que j’ai du mettre en place pour réussir ce bloc dans la trilogie vidéo réalisée par Arkose pour l’occasion, je remercie à nouveau l’équipe pour son soutien, et plus spécialement Denis et Pietro qui m’ont accompagné et encouragé au pied du bloc. »