LES SPIRIT,

grimpeurs entrepreneurs en devenir.

Le programme Be The Hero accompagne les Spirit, un groupe d’athlètes passionnés qui partage les valeurs Arkose. Porteurs de projets sportifs ambitieux et d’avenir, ils seront accompagnés et guidés tout au long de l’année avec plaisir par le programme Be The Hero !

Accompagnement individuel mais aussi rencontres et échanges à l’occasion des différentes Masterclass organisées tout au long de l’année pour créer des synergies et réfléchir ensemble autour des projets de chacun, et de thématiques fortes.

Mathilde Becerra.

Après plusieurs années de compétition internationale, Mathilde décide de se recentrer sur l’essentiel : prendre du plaisir dans son escalade tout en s’ouvrant à d’autres activités comme la cascade de glace, les grandes voies, la randonnée trail,… au coeur de la nature !

Au-delà de sa pratique sportive, Mathilde souhaite aujourd’hui « contribuer à un monde meilleur » en partageant sa passion et surtout ses valeurs à sa communauté : une alimentation saine et locale, une pratique sportive modérée prenant en compte l’impact environnemental, une réduction des consommations d’énergie…en bref : un mode de vie en adéquation avec les lois de la nature !

Son projet : rendre l’escalade accessible à tous. Elle espère d’ailleurs pouvoir exporter ses actions au Népal prochainement afin de les aider à développer la pratique de l’escalade … à suivre !

« L’envie de partager l’escalade au plus grand nombre m’a poussé à créer mon association Amassa Climb, afin de rendre la pratique de l’escalade accessible à des personnes en difficultés (financières, sociales et/ou situation de handicap) pour les aider à développer des compétences personnelles et collectives. L’escalade a tellement impacté ma vie, j’espère qu’elle pourra bénéficier au plus grand nombre ».

Les frères Mawem.

Originaires d’Alsace, Mickael & Bassa ont déjà fait parler d’eux dans le milieu de l’escalade.
Micka s’est tourné vers le bloc, Bassa vers la vitesse. Malgré des disciplines de prédilection différentes, ils se retrouvent tous les deux qualifiés pour les premiers Jeux Olympiques de l’histoire de l’escalade !

Leur projet : les Frères Mawem voient les choses en grand et ne se rendront pas à Tokyo uniquement pour tâter le terrain. C’est avec hargne et détermina-tion que la fratrie aborde les JO.

Pierre le Cerf.

Etudiant en STAPS, Pierre grimpe depuis l’âge de 6 ans. L’escalade prend aujourd’hui de plus en plus de place dans sa vie. Il y consacre aujourd’hui plus de temps et s’entraine pour atteindre les objectifs de compétition qu’il s’est fixés.

Son projet : s’épanouir en compétition avec les JO 2024 et 2028, gagner une coupe du monde (bloc ou diff) le tout sans oublier la grimpe outdoor !

« Mon projet c’est les JO 2024 et 2028, gagner une coupe du monde (bloc ou diff) me tient beaucoup à cœur… j’essayerai de me concentrer un maximum sur la compétition durant ces 7 longues années tout en jonglant avec la nature pour ainsi faire du 9b et faire partie du top 50 des falaisites au monde, et faire les plus durs blocs extérieurs au monde (lucid dreaming, gioia…). Et après ces années de compétitions, tout détruire en falaise jusqu’à ce que le corps ne suive plus l’esprit »

Clément Lechaptois.

Grimpeur et ouvreur national, Clément découvre la grimpe avec des potes passionnés et n’a jamais décroché depuis.

C’est au fil des années qu’il se créé sa propre identité de grimpeur. S’il a participé à de nombreuses compétitions, cet amoureux nature décide de se consacrer à ce qui l’a toujours fait rêver le plus : grimper les plus belles lignes que le caillou a à offrir.

Il est aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs grimpeurs de bloc outdoor français avec à son actif plusieurs blocs en 8b+, 8c.

Du relief et des rochers, il n’en faut pas plus à Clément pour se sentir bien. A la recherche d’esthétisme, il se lance dans une quête des plus beaux passages possibles. La difficulté intrinsèque d’un passage l’intéresse peu si elle n’est pas reliée à plus que cela comme l’esthétique de la ligne, la gestuelle ou son histoire par exemple.

« Je suis aussi inspiré par l’art et j’aime essayer de rendre visuellement beau le sport que je pratique, les blocs / voies que je grimpe à travers de belles photos et vidéos. J’aime et j’ai envie de voyager pour découvrir les plus beaux blocs du monde, mais je souhaite aussi rester raisonnable pour avoir un impact mesuré sur l’environnement.

J’ai donc envie de grimper certaines des plus belles lignes du monde, mais aussi développer et mettre en valeur les beaux blocs que je peux trouver autour de chez moi. Mon objectif : trouver un équilibre et adopter un mode de vie me permettant de limiter mon impact tout en continuant à profiter de la vie et de la nature qui m’entoure. En parallèle de cela je veux poursuivre le développement des outils d’entrainement connectés SmartBoard, et continuer à ouvrir des blocs intéressants pour les grimpeurs. L’ensemble de ces activités me permet de vivre et partager l’escalade avec plein de communautés différentes et j’adore cette diversité. »

Jérémy Bonder.

C’est à 8 ans que Jérémy découvre l’escalade et trouve alors sans le savoir sa vocation. Déterminé et passionné, Jérémy vit escalade et ne s’arrête que lorsqu’il atteint ses objectifs. Membre de l’équipe de France, 5ème aux Championnats du Monde de bloc de 2018, il pratique à la fois le bloc et la difficulté. Curieux de tout, il s’investit toujours à fond dans ses projets et se donne les moyens de réussir.

Son projet : performer, toujours plus.
Devenir champion olympique aux JO de 2024 en combiné diff / bloc et poursuivre ses performances en extérieur dans les plus hautes cotations en bloc et en falaise.

« Mon projet, là tout de suite, est de repousser mes limites dans le haut niveau en compétition, de continuer à progresser mais aussi de toucher le caillou avec les copains ! Faire avancer le collectif BeTH et ses idées que je partage est une vraie volonté dans laquelle j’essaie de m’investir comme en réduisant mon impact carbone.
Dans le futur : partager, donner, soutenir le collectif et si j’en ai l’opportunité accompagner des jeunes et des moins jeunes au plus haut niveau mondial pour leur faire profiter de toutes mes années d’expériences accumulées à travers ces 14 ans de haut niveau.
Et bien sûr tout ça en se régalant car c’est le plus gros moteur qui me fait avancer !!! »

Nicolas Pelorson.

Passionné d’escalade depuis 12 ans, Nicolas déménage sur Paris pour se consacrer à l’entrainement et la compétition. Il s’est notamment qualifié pour plusieurs coupes du monde.
C’est au gré de ses déménagements qu’il découvre le potentiel illimité de certains spots de grimpe : après la forêt de Fontainebleau, il s’attaquera à la région marseillaise courant 2021 !

Nicolas prouve qu’il n’est pas nécessaire de parcourir des kilomètres pour se dépasser, réaliser de beaux projets grimpe et prendre plaisir sur le rocher comme il a pu le faire cette année avec la réalisation du projet qui l’animait lorsqu’il a rejoint le collectif BeTH : « Soudain Seul » en forêt de Fontainebleau à côté de chez lui, une perf incroyable !

Avec un déménagement prévu fin mai du côté de Marseille, un tout nouveau terrain de jeu s’offre à lui pour nous faire rêver encore un peu plus et toujours avec des croix éco-responsables.

« Quoiqu’il en coûte niveau investissement, je souhaite réaliser des voies / blocs les plus proches possible de mon niveau max. Pour ce faire, je compte privilégier au maximum des moyens de transports plus responsables, avec la plus faible émission de CO2 possible et choisir des projets qui me motivent proches de la maison. Concrètement, pour la saison à venir, je voudrais essayer (faire?) « le bombé bleu » (un projet à Buoux, tout proche du lieu où je vais habiter) et faire un long séjour à Oliana (possiblement en vélo) pour tenter de réussir la Dura Dura (9b+). En parallèle, je commencerai à exercer ma profession de kiné en tant que remplaçant. »

Caroline Sinno.

Grimpeuse passionnée, Caroline est amoureuse de la forêt de Fontainebleau qu’elle n’a pas fini d’explorer et qui la surprend à chaque sortie. Elle aime apprendre au contact de grimpeur de sa génération comme s’inspirer de ceux qui sont passés avant elle.

Son projet : réaliser des performances et ouvrir des blocs à Fontainebleau où elle vit et ne se lasse pas d’habiter. Elle veut aussi valoriser la place des femmes dans le monde de la grimpe avec un projet de vidéos et de représentation positive sur les réseaux sociaux.

Elle a créé l’association GirlsinBleau qui organise des sorties mensuelles gratuites en forêt pour rendre les grimpeuses indépendantes et autonomes en bloc extérieur.

Solenne Piret.

Architecte de métier, Solenne reprend l’escalade en 2017 à Arkose Nation, après une pause de 10 ans pour se consacrer à ses études. Handicapée d’une agénésie de la main, elle remporte deux années consécutives le titre de championne du monde de paraclimbing.

Son projet : donner au sport une place de premier rang dans sa vie en conservant son titre de championne du monde en 2023 et devenant la première championne de l’histoire de l’escalade aux Jeux Paralympiques. Mais aussi être une pionnière pour changer la perception du handicap et définir de nouveaux standards pour les générations futures.

Les frères Ladevant.

Tristan et Louna. Ce binôme de frères aux caractères complémentaires est passionné. Membres de l’équipe de France de cascade de glace depuis 5 ans, faisant partie des 10 meilleurs mondiaux, ils s’épanouissent dans leurs voyages à la recherche de nouveaux défis à relever lorsqu’ils ne sont pas sur les circuits de compétition.

Leur projet : partir à l’ascension des cascades de glace encore peu explorées en Turquie, mais aussi réaliser un film de leur expédition en Inde où ils souhaitent explorer les nombreuses faces du Rangtik glacier.

Hugo Parmentier.

Passionné depuis toujours, Hugo à eu l’occasion de s’essayer à différentes facettes de la grimpe : couenne, grande voie, bloc, deep water soloing, … Aujourd’hui étudiant en kinésithérapie, il se sert de son métier pour partir à l’aventure.

Son projet : sensibiliser sur les questions environnementales et réaliser plusieurs voies difficiles comme « La Rage d’Adam » 9b/+, « le Braille de l’Ivoirien » mais aussi « La Voie Petit », un 8b max dans le massif de Chamonix.

« Je souhaite donner à ma passion une trajectoire en lien avec les enjeux de notre époque, et à travers mes aventures, sensibiliser les grimpeurs à respecter leur terrain de jeu et avoir un mode de vie plus durable. Cette année j’ai en ligne de mire plusieurs voies très dures comme « La Rage d’Adam » 9b/+, « le Braille de l’Ivoirien » projet, accessible en train et en trottinette depuis Paris. Mais aussi réaliser mon premier 8c bloc et une grande voie dure en altitude: « la Voie Petit » 400m 8b max sur le massif du Mont-Blanc. J’ai pour ambition d’utiliser les nombreuses perles que nous offre l’hexagone pour progresser en escalade et ainsi repousser mes limites encore et toujours ».

Manon Hily.

Infirmière de métier, Manon a toujours réussi à allier sa vie professionnelle à l’escalade de haut-niveau. Après plusieurs saisons en équipe de France de Bloc et de difficulté, c’est finalement en falaise qu’elle arrive le plus à s’exprimer.

Son projet : conserver son excellent niveau outdoor et réaliser « Biographie », la voie mythique de Céüse pour devenir ainsi la deuxième femme à y parvenir !

« J’ai envie de rêver et de me mettre un gros projet », c’est ce que je me suis dit quand Arkose a lancé BeTH. Je me suis vite dit « Céüse c’est ma falaise préférée » et « c’est pas loin de la maison ». Quand tu choisis Céüse, tu ne cogites pas longtemps avant de penser à Biographie. D’un coup j’ai ouvert cette page dans ma tête,  j’ai ouvert les yeux sur cette belle coulée bleue. J’ai regardé toutes les vidéos qui trainaient sur Internet, ça faisait peur et à la fois j’étais déjà excitée. C’est pas gagné bien au contraire, mais comme dit le dicton « c’est le chemin qui compte ».